N'hésitez-pas à laisser un commentaire sur mon livre d'or dans la rubrique "A propos du livre".

 

                                        Vous pouvez aussi bien donner vos impressions sur ce site, laisser vos témoignages si vous avez  un

                                        parent qui a été prisonnier de guerre, poser des questions, voire m'envoyer de vieilles photos en

                                        relation avec cette période,

                                         

                                          Contactez-moi                  Postez vos commentaires                            Forum



 

 

 Bienvenue sur le site de Jean Caille

   (1913-2016)

Dédié à tous les prisonniers de guerre 

 

Comment m'est venue l'idée du roman ?

Cela fait de longues années que je pense écrire un livre sur la vie de mon père, mais comme je suis incapable de faire les choses à moitié, j'ai continuellement remis cette idée à plus tard étant consciente du caractère chronophage de cette entreprise. Autour de moi, j’entends souvent des personnes regretter que leurs aïeux, ex-prisonniers de guerre, n’aient jamais voulu s’exprimer sur les années qu’ils avaient passées loin de leur patrie (Si vous lisez les pages de ce site consacrées aux prisonniers de guerre, vous comprendrez d'ailleurs aisément pourquoi). Néanmoins, dans mon cas, il s’est passé exactement le contraire. Toute mon enfance et jusqu’à ses derniers jours, mon père n’a eu de cesse que de raconter son histoire, ou plutôt devrais-je dire ses histoires.

Jean évoque le souvenir de la permission de son frère mobilisé en 1914.

Sa décision d'arrêter l'école

Elles m’ont toujours fascinée parce qu’il les racontait si bien, les yeux souvent perdus dans le vague, cherchant à revivre l’intensité du moment, que j'avais l'impression de les vivre moi-même. Des images, on peut dire qu’il en a fait passer des tonnes : de très belles comme de terribles. Il n’était pas bien difficile de les voir défiler et de ressentir son émotion à l’évocation de tel ou tel fait. Un an après son décès, je me suis décidée à ouvrir ses cahiers. À travers les fautes d’orthographes, les répétitions et les erreurs de formulation, j’ai retrouvé, couché sur le papier avec moult détails, l’essentiel de sa vie. C’était si fort que, subitement, il m’a paru impossible que son histoire disparaisse avec lui. J’avais envie de la partager avec d’autres, et justement j’avais un peu de temps…